L’oeil gourmand: Cali (🇫🇷)

Pour terminer la série à propos de mes meilleures adresses gastronomiques en Colombie, j’a choisi de vous présenter quelques plats à tester dans « la sucursal del cielo » (littéralement, « le paradis sur Terre »). Comme pour Medellín, je vous invite à laisser de côté les stéréotypes d’une ville minée par le trafic de drogues. Cali a bien changé aujourd’hui et une belle partie de son patrimoine est sa gastronomie délicieuse, typique du sud-ouest du pays.

Pour reprendre la même structure que précédemment, il s’agit premièrement d’expliquer la tradition gastronomique de la troisième plus grande ville colombienne.

  • Le « champús » est une boisson typique du sud-ouest de Colombie, d’Équateur et de Pérou. Elle se prépare grâce à du maïs fermenté, mélangé à de la panela (une sorte de sucre d’Amérique du Sud), à du miel, à de l’ananas, de la cannelle et à du lulo. Contrairement aux autres régions, le champús de Cali se boit froid. En le testant, le goût m’a paru similaire à celui de la chica andine.
  • Ensuite vient le « chontaduro » (deuxième photo trouvée sur internet), qui possède de grands apports nutritionnels. C’est en fait le fruit du palmier-pèche qui s’appelle « Bactris Gasipaes ». Il représente un ingrédient important de la tradition calienne. Son goût particulier (beaucoup de personnes ont l’impression de goûter un médicament).  En effet, le fruit est très sec et il ressemble plus à une pomme de terre qu’à une pêche. Pour atténuer cette saveur, les colombiens ont pris l’habitude d’en servir avec du miel. Ce qui est intéressant c’est de comparer sa renommée en Colombie et sa totale méconnaissance en France. Une dernière petite anecdote: on dit qu’il s’agit d’un fruit aux propriétés aphrodisiaques!
  • Il faut savoir que la « lulada » est LA boisson calenienne par excellence. Ce n’est pas un jus de lolo normal (fruit acide typiquement colombien, qui ressemble à un mélange entre l’orange et la mandarine). En effet, il se compose de lolo -beaucoup de lulo- mais aussi de citron, de sucre, de panela. La boisson est vraiment exquise, et la meilleure de tout Cali se goûte au restaurant de l’hôtel El Obelisco. Elle vous fera vous sentir au paradis!
  • Le « pandebono » (quatrième photo trouvée sur internet) se trouve dans tout le pays. Il est pourtant très populaire à Cali. Ce type de petit pain/brioche est fait à partir de farine de maïs, de manioc, de fromage frais, d’œuf. Parfois, on le garnit avec de la confiture de goyave -appelée « bocadillo » ici. Vous en trouverez dans toutes les boulangeries, en forme ronde ou de nÅ“ud.

 

1. Restaurante del Hotel El Obelisco : Carrera 1 #4 Oeste – 49, barrio El Peñón

Prix: €€€ (élevé). Dans le menu, on trouve des plats qui valent entre 12 (riz à la thaïlandaise sur la deuxième image) et 20 euros (riz cuisiné selon la tradition du Pacifique, servi avec des crevettes et des « tostadas », une sorte de galette salée de plantain).

Sur la première photo, il s’agit d’une assiette caractéristique des apéritifs de Cali. On y trouve des « marranitas » , des « empanadas »  et des « aborrajados ».

  • Les « marranitas » sont des boulettes de plantain vert frit, garni de « chicharrón ». Le plantain doit être frit à point, croustillant dehors et mou à l’intérieur.
  • Les « empanadas » se trouvent dans tout le pays, et même dans plusieurs régions d’Amérique latine, notamment en Argentine où la pâte est cuite différemment. Il s’agit en fait d’un feuilleté farci de viande, pomme de terre, fromage, Å“uf…  La pâte colombienne est élaborée à partir de maïs, frite à l’huile. À Cali, elles sont plus petites de tailles et on les accompagne généralement d’« ají », une sauce piquante faite à partir de tomates, oignons, coriandre.
  • Enfin, les « aborrajados » sont mes préférés. Je pourrais vivre en mangeant que cela. On les cuisine avec du plantain très sucré, garni de fromage frais. Ils se dégustent cuits à point, pour que vous sentiez le goût du fromage fondant sur vos papilles, mélangé à la chair du plantain encore chaude. Un délice, je vous le dis!

2.Ventolini (n’importe quel local):

Prix: €€ (abordable). Un plat vaut entre 8 et 10 euros. Un dessert vaut environ 5 euros.

Ce restaurant de tradition familiale existe uniquement à Cali. Le service et les plats sont excellents, je pourrais le comparer à un Hornitos auquel on ajouterait des plats italiens –pâtes– et orientaux –pitas-. Foncez-y sans hésiter!

3. El Garaje : Calle 9 #63B-03, barrio Gran Limonar

Prix: € (très bas). Un menu tout compris (hamburger, une portion de frites et une boisson) vaut 5/6 euros.

4. Boulangerie El Molino (n’importe quel local):

Prix: €. On peut aussi comparer cette boulangerie à Hornitos.

N’oubliez pas de tester les « galletas de cuca », ces petits pains de couleur chocolat. C’est un encas du Pacifique qui a goût de pain d’épice. Je vous conseille d’acheter un petit pot de « manjar blanco », une sorte d’arequipe (pâte caramélisée) pour adoucir le goût de la galette sèche.

5. El Cacique : Avenida Joaquín Borrero Sinisterra #34-143, barrio Eucarístico

Prix: €. Un « cholao » (photos) et une salpicón (salade de fruits dans du jus, surmontée d’une boule de glace) valent un peu moins de 3 euros.

Le cholao est une boisson glacée aux fruits frais, granité, lait concentré sucré, typique de la région Valle del Cauca. Cette boisson sucrée et rafraichissante est parfaite lors de grosse chaleur, comme à Cali. Elle peut être servie en encas ou en dessert. Par ailleurs, on lui attribue aussi des propriétés pour guérir la gueule-de-bois. Ah, ces Colombiens!

 

Marina

Crédits photographiques: @diana.cribeiro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s